Documents administratifs, Français, Lecture, littérature, organisation, Organisation de l'enseignant, Outils de l'enseignant

Bibliochouette – Application de gestion de bibliothèque

Il y a quelques mois, je faisais part à mon compagnon, développeur, de mes difficultés à trouver une application peu onéreuse et simple d’utilisation pour gérer les emprunts des livres de ma bibliothèque de classe. Quelques mois plus tard, mon souhait était exaucé ! La naissance de BIBLIOCHOUETTE ! Quel plaisir de suivre son développement et de réfléchir ensemble aux avancées possibles !

Au départ, l’application n’était prévue que pour moi (oui, oui, je suis une petite privilégiée !!;-) et puis finalement, après un mois d’utilisation, je la trouve tellement top que j’ai insisté pour qu’elle soit partagée aux collègues ! Et c’est chose faite !

  • A quoi sert cette application ?

Elle permet de savoir à tous moments quels sont les livres présents dans notre bibliothèque et de gérer facilement les emprunts.

Pas besoin de coller des étiquettes, de créer des listes interminables ou un tableau excel un peu moche, on créé sa liste de livres extrêmement rapidement grâce à la lecture de codes barre ! Un smartphone ou une tablette, et on peut suivre en tous lieux et à tous moments les emprunts de la classe.

  • Comment fonctionne-t-elle ?

Cette application permet d’enregistrer les livres que l’on possède dans sa bibliothèque en scannant simplement le code barre. L’application trouve alors automatiquement la référence du livre qui apparaît dans notre bibliothèque virtuelle. (Si le livre ne possède pas de code barre, on peut néanmoins l’enregistrer manuellement).

On créé ensuite la liste des emprunteurs. Et c’est parti, un petit clic et on sait que Jean-Kévin a emprunté Boule et Bill le 23 novembre. Le livre apparaît alors immédiatement comme emprunté.

De ce fait, à tous moments, on sait quels livres sont présents dans la bibliothèque, quels livres sont empruntés et qui les a empruntés. A disposition également un historique des emprunts. Pratique pour connaitre les goûts des élèves ou les livres ayant connu un grand succès dans la classe.

Quelques captures d’écran de l’appli !

Screenshot Image       Screenshot Image

  • Où la trouver ? 

L’application Bibliochouette est disponible sur le Play store (sous Android). Elle coûte 1,79€ pour tout simplement pouvoir couvrir les frais d’hébergement de l’appli ! Mais une fois cette application achetée, elle est disponible a vitam eternam et sans pub ! Bref on est bien loin des logiciels de gestion de BCD  un peu vieillis qui s’approchent de la centaine d’euros et qui prennent un temps fou à utiliser.

Voilà la petite histoire de cette chouette application ! N’hésitez pas à la tester et en partager l’existence pour soutenir cette création familiale !! Je compte sur vous !

Petite vidéo de présentation de l’appli !

J’ai hâte de lire vos retours !

Publicités
Mes lectures pédagogiques, Organisation de l'enseignant

Osez les pédagogies coopératives au collège et au lycée – G. Caron, L. Fillion, C. Scy et Y. Vasseur

Dès que j’ai lu le résumé de ce livre, j’ai su qu’il me le fallait ! Un livre qui s’inspire des travaux de Sylvain Connac et relate la mise en place de classes coopératives dans un collège public ! Et je n’ai pas été déçue ! Pour le dire autrement, sans faire ma normande, j’ai été totalement conquise !

Descriptif de l’ouvrage :

Les auteurs présentent la démarche mise en place dans leur collège pour faire vivre 4 classes coopératives. Ils présentent ainsi leurs valeurs, leurs modalités d’organisation et de fonctionnement, des exemples d’outils et une évaluation objective de leur projet.

Je vous donne les 6 raisons pour lesquelles il FAUT lire ce livre :

  • du concret, du concret, du concret : souvent quand je lis un livre de péda, je me dis « hum, en effet, c’est intéressant, il faudrait que je tente ça », mais on ne trouve pas toujours les exemples nécessaires à la mise en place. Mais là, non seulement on a les exemples mais en plus des outils pertinents disponibles en ligne.
  • une démarche honnête : à la lecture du livre, on n’a pas le ressenti culpabilisant « c’est super ce qu’ils font, mais moi je fais vraiment tout mal ». Non, les auteurs présentent les évolutions de leur démarche et les limites de leurs procédés d’organisation.
  • une démarche ancrée dans la réalité : on sent tout le travail et la passion nécessaire à la mise en place de cette expérience. Néanmoins, ce projet semble abordable car adapté aux contraintes d’un collège public « standard ».
  • des idées pour une mise en place progressive : si on veut se lancer, on peut piocher quelques éléments et les faire évoluer à son rythme en les adaptant à son contexte d’enseignement.
  • faire évoluer les choses avec des moyens constants…. J’entendais tellement dans mon ancien collège « oui, Cécile, toi tu peux le faire avec tes 16 élèves par classe mais nous on en a 28, et puis il y a le brevet, et on n’a pas d’heures marges ni de tablettes, ni de photocopies couleur, ni de TBI, ni d’AVS, ni de PC flambants neufs… » Certes, mais on a des élèves plein de vie et d’envie et on peut se lancer dans la pédagogie coopérative petit à petit. Et même si on n’a pas suffisamment, ce n’est pas une raison pour ne rien tenter !
  • la mise en avant des plans de travail, c’est un peu mon dada, j’ai travaillé dessus pour mon CAPPEI, je vous en parlais ici. Ils ont transformé très positivement l’ambiance de mes classes. Co-existent dans ma classe, le système des ceintures et les plans de travail : je dois bien avouer que c’est du coup un peu bancal. Et là miracle, je découvre le plan de travail qui inclut les ceintures. C’était simple mais il fallait y penser ! Mes plans de travail seront beaucoup plus lisibles, les compétences moins nombreuses et moins complexes et le rangement de mes ateliers simplifié grâce à ce système.

Merci à ces enseignants passionnés et passionnants de partager cette expérience inspirante ! Alors, oui j’ai envie d’oser encore plus la pédagogie coopérative dans mes classes mais surtout d’essayer de les étendre au sein de mon chouette collège !

Mes lectures pédagogiques, organisation

L’école du cerveau – Olivier Houdé

Petite lecture de la semaine, « L’école du cerveau » d’Olivier Houdé.

  • Descriptif de l’ouvrage :

Ce livre fait le lien entre les recherches en neuropédagogie actuelles et les travaux des grands pédagogues du 20ème siècle. L’auteur montre ainsi en quoi certaines idées basées sur des intuitions ou des constats empiriques sont justifiées par les recherches actuelles mais aussi les limites qu’elles peuvent présenter.

Cet ouvrage se découpe en 2 chapitres :

Le premier présente les grands courants pédagogiques à travers l’histoire (Locke et Rousseau, Itard et Séguin à travers l’éducation spécialisée, les pédagogies nouvelles : Montessori, Freinet et Decroly, les psychologues de l’enfant : Binet, Piaget et Vygotski, l’enseignement programmé : Skinner).

Le deuxième chapitre expose les avancées de sciences cognitives et des sciences de l’éducation.

  • Mon ressenti :

J’ai trouvé ce livre bien écrit et agréable à lire. La première partie m’a rappelé mes cours de master à l’ESPE mais ce qui m’a semblé particulièrement intéressant c’est le lien qui est fait entre les pédagogues. Ce n’est pas du tout présenté comme un catalogue des courants de pensée sur l’enfant mais davantage comme une mise en perspective.

J’adore l’idée que la science puisse justifier des intuitions géniales, nous rassurer dans nos volontés de travailler avec des pédagogies dites « alternatives ».

Le deuxième chapitre sur la neuropédagogie est vraiment édifiant puisqu’il expose différents processus d’apprentissage à l’échelle cérébrale.

  • Ce que je vais essayer de mettre en place dans ma classe :

Travailler l’INHIBITION !!

En lisant les pages qui y étaient consacrées à ce chapitre, j’ai reconnu mes élèves. Nous sommes tous confrontés à exécuter des tâches automatisées mais erronées par manque d’inhibition. Ces erreurs sont particulièrement fréquentes chez nos élèves : effectuer une addition parce qu’il y a le mot « plus » dans le texte du problème, écrire « je les manges » car il y a « les » avant « mange » (d’où le s), cocher des cases parce qu’il y a des cases (même s’il faut numéroter par exemple), aligner les chiffres à droite lorsqu’on pose une opération (même pour les nombres décimaux)…

Lorsque j’observe mes élèves travailler, souvent ils se précipitent sur la tâche et après c’est très difficile de faire marche arrière. J’aimerais donc essayer de les aider à prendre davantage de recul sur ce qu’ils font et à augmenter leur flexibilité.

J’ai commencé ce travail en mathématiques. Lorsque l’on résout des problèmes, je relève tous les résultats trouvés au tableau (sans commentaire) et avant de réfléchir aux raisonnements possibles, je leur demande de barrer ceux qui sont impossibles. Ce rituel a permis à mes élèves de prendre un peu de recul sur leurs activités et maintenant ils le font d’eux-mêmes : « j’ai trouvé ça Madame mais je sais que c’est impossible ! » C’est déjà une petite victoire. Donner du sens permet donc de limiter les pièges de l’automatisation mais j’aimerais vraiment accroître leur capacité à inhiber dans d’autres situations.

Je pense à des jeux tels que le Taboo, le Bazar Bizarre, le Jungle Speed… de quizz avec des consignes particulières (donner la réponse à la question précédente et non à celle qui vient d’être posée)… Vous avez d’autres idées, je suis preneuse ?

histoire, Histoire 3ème

La France défaite et occupée. Régime de Vichy, collaboration, Résistance – Histoire 3ème

Pour faire suite à ma séquence sur les événements de la Seconde Guerre mondiale, voici la suite avec la situation de la France pendant la guerre.

J’ai déjà travaillé cette période avec mes élèves de 3ème puisque je les avais l’année dernière en français dans une classe de 4ème/3ème et on avait étudié le roman « Un sac de billes », en comparant le livre et les adaptations en BD et en film (le dernier, celui avec Patrick Bruel, bah oui évidemment !! 😉 ) Je n’y croyais pas tellement et finalement mes élèves avaient adoré, certains avaient même versé leur petite larme à la fin du film et dès qu’on a commencé cette séquence sur la seconde guerre mondiale, ils ont tout de suite reconnecté avec l’histoire d’un sac de billes. Quand les chercheurs nous disent que les émotions facilitent les apprentissages ! Bref, je m’égare un peu, mais promis j’essayerai de remettre un peu au propre cette séquence et de vous la poster prochainement.

Tout cela pour dire que mes élèves ne partent pas de zéro en ce qui concerne cette période et que l’idée de travailler sur des témoignages concrets, des histoires de vie m’a semblé pertinente pour illustrer cette époque.

Pour mémoire, voici les exigences du B.O (préparation du DNB pro) :

  • décrire quelques aspects de la guerre d’anéantissement ; le processus d’extermination des Juifs et des Tziganes
  • décrire la situation de la France pendant le conflit ; caractériser le régime de Vichy ; savoir comment la Résistance militaire et civile s’est organisée en s’appuyant sur quelques exemples.

Voici comment j’ai choisi de découper cette séquence :

Les deux premières séances traitent de la France sous l’occupation, de la Résistance et de la Collaboration (sous forme de 4 ateliers tournants). La troisième séance aborde les persécutions et le processus d’extermination. La quatrième séance amène les élèves à étudier le débarquement (contexte normand oblige !). Enfin, une courte séance sur les conséquences de la Seconde guerre mondiale qui est également l’occasion de faire quelques révisions.

Séance 1 et 2 : La France défaite et occupée

  • Atelier 1 : La France occupée :

A partir d’une vidéo présentant différents témoignages d’habitants frontaliers de la ligne de démarcation, les élèves comprennent comment le territoire était divisé et occupé par les Allemands : fiche de travail et vidéo.

  • Atelier 2 : Résister ou Collaborer ? 

Petit atelier dirigé à partir de l’incontournable chanson de Jean-Jacques Goldman « Né en 17 à Leidenstadt » qui est suivi d’une discussion plus philosophique autour de notre capacité à se résigner ou à résister : fiche de travail et clip.

  • Atelier 3 : La Collaboration

Un petit travail sur les différentes formes qu’a pris la Collaboration en France à partir d’un montage de documentaire trouvé sur le net : le texte à compléter et la vidéo.

  • Atelier 4 : La Résistance 

Un jeu pour découvrir les différents personnages et le vocabulaire lié à la Résistance que j’ai fabriqué. Je vous en parle ici.

IMG_2379

Avant de jouer, les élèves visionneront une petite vidéo (très simple) pour bien comprendre ce que regroupe le terme de Résistance et pourront avoir recours à cette infographie éditée par Mon Quotidien. infographie_resistance

Séance 3 : La persécution et le processus d’extermination

Une séance basée sur un travail coopératif, chaque groupe travaille sur une thématique différente puis restitue ses découvertes et compréhensions à l’ensemble de la classe. De plus, chaque groupe rédige quelques phrases de synthèse à partir de ses documents qui serviront de support à la trace écrite.

deport

 

Une belle histoire d’humanité pour conclure la séance…

Séance 4 : Le débarquement en Normandie

J’ai cherché un documentaire concis (on a bien peu de temps en 3ème SEGPA avec les stages, visite d’établissements…)  avec des images d’archives et peu de parties sous-titrées (qui font tout de suite décrocher les élèves)… et j’ai échoué. Du coup, je me suis rabattue sur le traditionnel « C’est pas sorcier » sur le sujet qui est tout à fait adapté, ni simpliste, ni enfantin. Pourquoi se priver des bons vieux standards ?!

Voici le lien vers l’émission.

Et le questionnaire que j’ai concocté à partir de l’émission.quest_debar

Séance 5 : Les conséquences de la Seconde guerre mondiale et activités de révision

A partir d’un diaporama, nous construisons une carte mentale présentant les conséquences politiques, morales, humaines et économiques de la Seconde guerre mondiale : le diaporama et les images utilisées pour la carte mentale. conséquences_WWII

Quelques applis Learning Apps de révision sur la WWII : quizz général, des mots croisés

histoire, Histoire 3ème, Jeux, Jeux histoire

Radio Londres – Jeu sur la Résistance

Un petit jeu de société pour mes 3èmes pour travailler sur le vocabulaire de la Résistance. Les élèves doivent faire passer le plus de messages possibles en un temps donné sans utiliser des mots interdits mais en les remplaçant par un code inspiré de l’alphabet morse.

IMG_2379

Voici le matériel nécessaire :

Une petite vidéo pour vous présenter les règles du jeu :

CAPPEI, Mes lectures pédagogiques, organisation

Mes lectures de CAPPEI

Après un petit break péda (le temps de rerererelire les Harry Potter et les polars écrits par mon ancien prof de fac, Michel Bussi), j’ai vu plein de nouveautés dans mon Atelier Canopé préféré et j’ai eu envie de les attaquer sans tarder !

Mon nouvel appétit pour les lectures pédagogiques, m’a donné également envie de partager ici les livres que j’avais lus pour préparer le CAPPEI.

Lorsque je suis arrivée en formation n-1, les formateurs nous ont distribué une longue liste bibliographique avec les quelques indispensables à lire. Bonne élève, j’en ai lu certains mais j’ai surtout choisi d’effectuer des lectures (pédagogiques) plaisir.

Je m’explique ; lors du CAPPEI, le jury n’attend pas de nous que nous récitions les propos des auteurs incontournables sur l’inclusion scolaire mais plutôt que nous trouvions dans les ouvrages et travaux de recherche des appuis, des inspirations ou des justifications à nos pratiques. C’est pourquoi, je parle de lectures « plaisir », d’auteurs, de chercheurs qui nous inspirent d’un point de vue pédagogique. Et c’est donc une approche assez personnelle.

J’ai consigné mes lectures dans un petit carnet offert par une chouettissime collègue (belle idée de cadeau Elodie, merci !) et je vous présente ici quelques-unes de mes notes.

Mes impressions sont bien entendu personnelles, lorsque j’émets une « réserve » sur un ouvrage, c’est parce qu’il n’a pas répondu à mes attentes personnelles au moment où je l’ai lu et en aucun cas une critique des travaux des auteurs pour qui j’ai un immense respect !

  « Montessori au collège » de Sylvie d’Esclaibes

  • En quelques mots :

Ce livre présente le fonctionnement d’un collège Montessori et les bienfaits qu’en retirent les élèves. L’auteur est la fondatrice et la directrice du seul lycée Montessori de France. Elle partage beaucoup d’idées et de publications sur son blog.

  • Mes impressions :

Je cherchais dans ce livre quelques idées de fonctionnement et d’ateliers que j’aurais pu adapter à ma classe. En effet, mes élèves comprennent beaucoup de choses grâce à la manipulation et apprécient utiliser certains outils inspirés de la pédagogie Montessori notamment en mathématiques. J’ai trouvé dans cet ouvrage quelques idées d’ateliers à mettre en place. Néanmoins, l’auteur montre bien que la pédagogie Montessori est une philosophie globale et qu’une approche parsemée n’est pas forcément souhaitable. Je reste malgré tout têtu et continue à fabriquer mes petits ateliers de manipulation que je ne qualifierai pas de Montessori puisque j’entends bien qu’il s’agit d’une approche beaucoup plus générale.

 « Lire et comprendre » de Daniel Gaonac’hCaroline Golder

  • En quelques mots :

Ce livre présente les différents mécanismes en jeu dans l’apprentissage de la lecture. Le dernier chapitre est consacré à la dyslexie. Il la définit, en présente les différentes formes et s’interrogent sur les causes.

  • Mes impressions :

Ce livre faisait partie de la bibliographie de la formation. Je l’ai choisi car mon épreuve 3 était centrée autour de la lecture. Ce livre est très technique. Je manque certainement de connaissances en psychologie pour en percevoir toutes les subtilités. Cet ouvrage est vraiment centré sur l’apprentissage de la lecture et non sur le « ré-apprentissage », je n’ai pas donc pu beaucoup m’en inspirer pour le dispositif que j’ai mis en place au sein de mon collège.

 « Enseigner en EGPA » de Christian Cousin

  • En quelques mots :

Après un éclairage historique sur la mise en place des SEGPA, ce livre en présente le fonctionnement : présentation des différentes lois de cadrage, descriptif de l’organisation des SEGPA et du rôle des différents personnels. On y trouve aussi les caractéristiques de la population accueillie ainsi que les orientations scolaires et professionnelles envisageables. Enfin, une partie consacrée aux pratiques pédagogiques notamment sur la mise en place des programmes mais aussi sur les modalités d’évaluation envisageables.

  • Mes impressions :

Un indispensable pour découvrir la SEGPA, le seul ouvrage spécialisé sur ce domaine à ma connaissance. J’y ai cherché un peu trop de conseils pratiques concrets et j’ai eu une petite déception en le terminant … Mais ce n’est pas l’objet de cet ouvrage, il s’agit vraiment de comprendre à quoi servent les SEGPA, comment elles sont nées et comment elles fonctionnent.

 « Comment les enfants apprennent à calculer » de Rémi Brissiaud

  • En quelques mots :

Le titre est vraiment parlant ! Rémi Brissiaud détaille dans cet ouvrage les différentes étapes de la construction du nombre, les différences entre le comptage et le dénombrement, les différentes formes de calcul ainsi qu’une réflexion sur les problèmes mathématiques.

  • Mes impressions :

J’ai adoré ce livre, c’est extrêmement intéressant ! Si j’avais demain une classe en cycle 1 ou en cycle 2, je le relirai avant de commencer quoique ce soit en mathématiques ! Encore une fois, c’est un livre centré sur les apprentissages, et non sur le ré-apprentissage….le drame pour nous enseignants de SEGPA !

 « La lecture autonome : gérer et évaluer la compréhension en lecture » de Lisa Donohue

  • En quelques mots :

Ce livre fournit plein d’astuces pour essayer de fonder les activités de compréhension sur des lectures autonomes des élèves, c’est-à-dire sur des lectures choisies par les élèves. L’auteur propose des modèles de fiches de lecture où l’élève va réfléchir aux personnages de son roman, aux thèmes abordés, à la construction de l’histoire…

  • Mes impressions :

Une mine d’or pour favoriser la lecture-plaisir et faire travailler les élèves sur des livres qu’ils ont choisis en sortant du questionnaire de lecture suivie.

 « Lector & Lectrix » de Sylvie Cèbes et Roland Goigoux

  • En quelques mots :

Un ouvrage qu’on ne présente plus ! Il propose un ensemble de séquences didactiques pour travailler la compréhension de textes : apprendre à construire une représentation mentale, lire c’est traduire, accroître sa flexibilité, répondre à des questions, lire entre les lignes.

  • Mes impressions :

Une excellente méthode qui l’on peut adapter aux textes que l’on souhaite étudier ! J’ai toujours beaucoup de mal à suivre une méthode « toute prête » mais j’aurais vraiment dû l’utiliser en débutant en SEGPA (car je débutais tout court) et ce n’est vraiment pas intuitif ni évident d’enseigner la compréhension. Un indispensable !

 « Apprendre et comprendre » du FNAME

  • En quelques mots :

Cet ouvrage propose différents articles sur la compréhension et la métacognition rédigés par différents auteurs (Brissiaud, Chauveau, Barth…)

  • Mes impressions :

Ce livre faisait partie également de la liste fournie par l’ESPE. C’est du costaud, on ne le lit pas après une grosse journée en classe pour se détendre ! Mais, très instructif pour qui travaille sur la compréhension.

 « L’inclusion scolaire » de Philippe Tremblay

  • En quelques mots :

L’auteur propose une approche historique du handicap puis définit les caractéristiques de l’enseignement spécialisé. On y trouve également les fondements politiques, pédagogiques et scientifiques de l’inclusion (en les confrontant notamment à l’intégration). Enfin, Philippe Tremblay présente les conditions de réussites de l’école inclusive ainsi que les pratiques pédagogiques inclusives probantes (apprentissage coopératif, tutorat, enseignement explicite et enseignement stratégique).

  • Mes impressions :

Un bon résumé des cours de préparation CAPPEI, facile à lire et condensé !

 « L’école inclusive : un défi pour l’école – Repères pratiques pour la scolarisation des élèves handicapés » de Pascal Bataille et Julia Midelet 

  • En quelques mots :

Les auteurs nous proposent un point sur les politiques inclusives et les différentes possibilités de mise en place de l’inclusion.

  • Mes impressions :

Un ouvrage qui me paraît très intéressant pour les coordinateurs ULIS. Une belle carte mentale sur les différentes accessibilités possibles et un chapitre très intéressant sur le partenariat et les différentes formes qu’il peut prendre. Une réflexion intéressante sur la notion d’accessibilité universelle.

 « Apprendre à lire » de Stanislas Dehaene

  • En quelques mots :

Ce livre présente le fonctionnement cérébral lors de la lecture, les grands principes et les grandes étapes pour apprendre à lire. On trouve aussi une méta-analyse des recherches montrant l’efficacité de certaines méthodes ainsi qu’une progression pédagogique avec une liste chronologique des différentes phonèmes à aborder.

  • Mes impressions :

Un livre qui est abordable et se lit facilement. Là encore, si je devais enseigner un jour en cycle 2, je m’en servirais pour construire ma progression en lecture.

 « L’apprentissage de l’abstraction » de Britt-Mari Barth

  • En quelques mots :

Ce livre présente une démarche pour aider les élèves à comprendre des concepts à partir d’attributs (caractéristiques) essentiels et non-essentiels. Pour définir un concept, on présente aux élèves des exemples-oui et des exemples-non. On fait émerger à partir de ces exemples la liste des attributs du concept. Puis c’est aux élèves de dire si un exemple appartient ou non au concept.

  • Mes impressions :

Auteur découverte grâce à une super formatrice. Il faut s’accrocher un peu au départ pour comprendre la démarche de l’auteur mais c’est tellement efficace. Je me sers très régulièrement de sa démarche lorsque j’aborde des concepts assez larges en classe. Étonnamment ça parle beaucoup à mes élèves et ça les aide vraiment à comprendre de quoi on parle ! Je recommande !

 « Enseigner l’histoire à l’école » d’Alain Dalongeville

  • En quelques mots :

Dans ce livre, Alain Dalongeville s’interroge d’abord sur les raisons pour lesquels on enseigne l’histoire. Il présente des modalités pour essayer de mettre en lien les différents événements historiques pour leur donner du sens et définir des concepts importants. Il présente un enseignement basé sur la résolution de situations-problèmes ainsi que sur la formation au regard critique.

  • Mes impressions :

L’histoire-géographie est une discipline que j’adore mais à mes débuts en SEGPA, quelle horreur !! Les séances étaient aussi longues pour moi que pour les élèves. C’est une matière sur laquelle j’ai beaucoup travaillé pour qu’elle passe mieux et depuis mes lectures dont les travaux d’Alain Dalongeville et plusieurs tests, cela va beaucoup mieux. Je me bats (façon de parler bien sûr) maintenant pour récupérer les heures d’histoire-géo (en vrai, ça débarrasse souvent les collègues !!) .

Dans ce livre qui complète le précédent, on trouve plein de séances qui mettent vraiment les élèves en situation de recherche et de réflexion, un must-have pour enseigner l’histoire !

 « L’enfant et la peur d’apprendre » de Serge Boimare

  • En quelques mots :

Ce grand classique présente le lien qui existe entre l’échec scolaire sévère et les troubles du comportement. L’auteur montre comment certains élèves mettent en place des stratégies pour refuser l’apprentissage car il les renvoie à une situation de déséquilibre que ces élèves « fragiles » ne peuvent affronter. Pour Serge Boimare, c’est en partie grâce au nourrissage culturel et notamment en abordant les mythes fondateurs qui vont faire écho au vécu des élèves que l’enseignant peut les raccrocher vers les apprentissages.

  • Mes impressions :

Un livre déstabilisant qui interroge vraiment notre place d’enseignant. Personnellement ce livre m’a rendu un peu pessimiste sur notre capacité en tant qu’enseignant à aider ces élèves « fracturés » de toute part à entrer dans les apprentissages alors qu’une « réparation » psychologique semble pré-requise. Pour aider ces élèves malgré tout, j’essaye vraiment d’avoir une démarche bienveillante, « ré-assurante » pour  aider les élèves à se faire (et nous faire) suffisamment confiance pour entrer dans les apprentissages car je ne me sens pas suffisamment à l’aise (et n’ai pas la culture suffisante) pour faire le lien entre les grands textes fondateurs et le vécu difficile des élèves.

 « La lecture : de la théorie à la pratique » de Jocelyne Giasson

  • En quelques mots :

Ce livre présente les différentes étapes nécessaires à l’enseignement de la lecture.

  • Mes impressions :

Bon manuel assez généraliste sur l’enseignement de la lecture avec notamment des conseils de mise en place pour l’aménagement d’une BCD.

 « Les meilleures activités pour enseigner la lecture » de Lori Oczkus

  • En quelques mots :

Ce livre propose 72 activités attrayantes et adaptables à tous niveaux pour travailler la lecture en classe.

  • Mes impressions :

Un livre qui nous donne plein d’idées (très concrètes) à mettre en place pour travailler la lecture avec nos élèves. Je réfléchis d’ailleurs en ce moment à la mise en place de certaines activités autour de la promotion des livres lus par les élèves sous forme de petites recommandations. Cela va prendre tout son sens maintenant que nous adoptons le quart-d’heure de lecture bi-hebdomadaire dans mon collège ! J’ai hâte !!

 « Scolariser les élèves handicapés mentaux ou psychiques » de Bruno Egron

  • En quelques mots :

Ce livre présente les différents troubles dont peuvent souffrir les élèves à BEP, leur impact dans les processus d’apprentissages et des adaptations possibles pour y répondre dans notre enseignement.

  • Mes impressions :

Là encore, un bon livre clair et facile à lire qui reprend les différents éléments qui nous ont été dispensés en formation CAPPEI. Je l’ai lu en fin d’année, c’est plutôt un livre par lequel j’aurais dû commencer.

 « Je parle, tu parles, nous apprenons » d’Emmanuèle Auriac-Peyronnet

  • En quelques mots :

Ce livre présente les différents dispositifs possibles pour mettre en place un apprentissage coopératif en classe.

  • Mes impressions :

Très intéressant. Je me suis servie de ce livre pour « justifier » ma séance présentée lors du CAPPEI ou tout du moins pour avoir les termes « techniques » qui étaient liées à ma démarche pédagogique.
       

 Les ouvrages de Sylvain Connac

J’ai déjà parlé de ces ouvrages que j’ai découverts lors de la rédaction de mon portfolio/dossier/mémoire (whatever its name !!) Cet auteur est un grand optimiste et donne une volonté et une grande motivation à utiliser les pédagogies coopératives en classe. En piochant petit à petit des idées et en mettant en place progressivement quelques conseils, le climat de classe est vraiment apaisé et on prend vraiment du plaisir à enseigner vraiment (car en SEGPA et ailleurs certainement, il faut bien se l’avouer, il y a des jours où on n’a vraiment l’impression de subir, de lutter pour bien peu de résultats !) Quelques conférences de Sylvain Connac sont disponibles en ligne, je vous les recommande, c’est vraiment intéressant et agréable à écouter ! Bref, vous l’aurez compris je suis fan !

Je suis d’ailleurs entrain de lire un ouvrage inspiré des travaux de Sylvain Connac sur la mise en place de pédagogies coopératives au collège. Cela a l’air très prometteur, je vous en reparlerai bientôt !

Bonnes lectures mais surtout faites-vous plaisir !

histoire, Histoire 5ème

Humanisme et Renaissance – Histoire – 5ème SEGPA – cycle 3

Nouvelle séquence d’histoire pour les 5èmes : Renaissance et Humanisme !

Au cours de cette séquence, les élèves sont amenés à comprendre comment de
nouvelles connaissances ont pu bouleversé la position de l’homme dans le monde. Ils
découvrent les artistes et les scientifiques de la Renaissance dont le travail a toujours
une résonance aujourd’hui.
Les élèves participent à des débats, effectuent des recherches par groupe, en résolvent une enquête et en apprennent à synthétiser leurs connaissances en produisant une carte mentale.

Voici la fiche de préparation de la séquence.

prep_renaissance

  • Séance 1 : La Terre tourne autour du Soleil . 

Séance inspirée du livre d’Alain Dalongeville (Situations-problèmes pour enseigner l’histoire) qui vise à faire naître un débat au sein des groupes et de la classe. Plusieurs groupes ont proposé des modèles géocentriques. Cette « erreur » a été parfaite pour avancer au fur et à mesure les preuves qui ont permis de démontrer l’héliocentrisme.

Voici les textes utilisés pour mener cette activité.

  • Séance 2 : Des nouvelles connaissances techniques et scientifiques.

2 ateliers en parallèle

– La découverte des travaux du génie Léonard de Vinci, il s’agit d’essayer de deviner à quoi pouvaient servir ses inventions et de montrer en quoi il était un précurseur. Voici la fiche d’activité.

inventions_vinci

– Une application Learning Apps qui est l’occasion de découvrir les autres grands scientifiques de la Renaissance.

LA_renaissance Début de la construction de la carte mentale. Voici les images que je propose aux élèves.

  • Séance 3 : Le vol de la Joconde

C’est une séance basée sur une petite enquête à réaliser à partir de plusieurs ateliers. J’ai effectué finalement cette séance en 2 séances pour que les ateliers soient plus aboutis.

Voici la fiche de suivi pour mener l’enquête et relever les indices.

fiche_suivi_vol_joconde

Atelier 1 : François Ier et le mécénat (petit mots croisés à réaliser à l’aide de différents documentaires et notamment un numéro de Petit Léonard dont est extrait la BD me semble-t-il) Ici les textes adaptés (1 et 2) issus des magazines documentaires.

mecenat

Une fois la grille remplie, on obtient un indice en replaçant les lettres en fonction de la couleur des cases. (Ici, l’indice est « Commence par S »).

Atelier 2 : Moyen-Age vs. Renaissance (Il s’agit de déterminer si une peinture date du Moyen-Age ou de la Renaissance. Un document d’aide permet de dégager les grandes caractéristiques de chaque période.) (Frise chronologique trouvée sur le net et illustrée des dessins de Mysticlolly)

peintureMA_REN.png

Pour chaque image numérotée, deux pinces à linge sont disponibles (Renaissance et Moyen-Age). En choisissant les bonnes époques et en retournant la frise on obtient un indice sur le coupable. (Ici, sweat gris)

Atelier 3 : Les mystères de la Joconde (vidéo avec insertions de questions)

  • Séance 4 : La Réforme et les Guerres de religion

Analyse documentaire et explicitation par la mise en scène du trafic des indulgences.

Ateliers maths cycle 3, Mathématiques, Mesures C3

Tableau de conversion de mesures mobile pour aider les élèves en difficulté

Nous cherchions une idée pour aider les élèves à réaliser des conversions de mesure de différentes grandeurs. Sur une idée de mon directeur, j’ai fabriqué ces petits tableaux avec une partie mobile qui permet aux élèves de trouver plus facilement le résultat de la conversion. La « virgule » est mobile et systématiquement liée à l’unité ce qui évite aux élèves de la placer aléatoirement !

Voici le fichier qui permet de réaliser cet outil (conversion des mesures de masse et de longueur) :

20190129_111346.jpg

Et une petite vidéo explicative pour en découvrir le fonctionnement :